EARS : belle affluence à Blois

La rencontre régionale sur l’Education Affective, Relationnelle et Sexuelle (EARS) s’est déroulée à Blois devant 250 personnes le 2 avril 2014.

Point de départ d’une action placée sur le long terme, elle a permis d’éveiller les communautés éducative sur les constats et les enjeux de l’EARS. Se poser les bonnes questions (suis-je à l’aise avec ça?, qu’est ce qui me bloque?, de quoi ai-je besoin?…) permet à chacun de se positionner pour envisager une suite dans les établissements.

Marie-Odile Plançon, du SGEC, et Maëlle Challan-Belval (Comitys) ont tour à tour et de façon très complémentaire et vivante exposé leurs retours d’expérience et leurs méthodes au contact des jeunes. De quoi envisager de nombreuses pistes pour bâtir cette EARS dans nos établissements.

Pour approfondir sur le sujet, rendez-vous sur la bibliographie et les liens sur cette PAGE

Ce diaporama nécessite JavaScript.

EARS à Blois le 2 avril

Une rencontre régionale sur les questions de l’Education Affective, Relationnelle et Sexuelle aura lieu à Blois le mercredi 2 avril au cinéma Cap Ciné.
visuelEARS2Sont invités tous les membres des communautés éducatives de la région centre. L’occasion de promouvoir une véritable éducation qui réponde aux besoins des jeunes dans nos établissements.

Pour vous inscrire : https://docs.google.com/forms/d/1R4EgS6kMhCetkhIJ3Cf9KfAxvYAfWadJzmgnILB8WDM/viewform

 

Rencontre régionale EARS 2014

BIBLIOGRAPHIE

 

Liens vers le WEB

  • L’éducation affective relationnelle et sexuelle dans les établissements d’enseignement catholique. Doc SGEC , 2010 un lien sur le site de l’enseignement catholique qui rassemble aussi des outils de réflexion et d’action

http://departementeducation.enseignement-catholique.fr/depEduc/spip.php?rubrique4

 

http://www.enseignement-catholique.fr/ec/images/stories/hs/hs_education-affective-relationnelle-et-sexuelle.pdf

  • « Contre l’hypersexualisation, un nouveau combat pour l’égalité » : rapport parlementaire de Mme Chantal Jouanno, 5 mars 2012

http://www.social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_hypersexualisation2012.pdf

 

Livres ou revues

  • Aime et fais ce que tu veux, revue Initiales, 2010
  • Filles et garçons c’est pareil ? revue Initiales septembre 2013
  • La sexualité, les jeunes et leurs parents, Pierre Panel, Desclée de Brower , 2010
  • La vie vivante, contre les nouveaux pudibonds, Jean-Claude Guillebaud, Les Arènes, 2011
  • L’empathie au cœur du jeu social, Serge Tisseron, Albin Michel 2010
  • Pour nos ados soyons adultes, Philippe Jeammet, Odile Jacob 2010

·       Ouvrages de Francine Duquet sexologue québécoise comme « Parlez-leur d’amour et de sexualité »

Rififi et Médiation !

C’est le nom du spectacle théâtral qui va se produire à Salbris et à Blois du 31 mars au 3 avril. Ca concerne 6 écoles déjà impliquées dans le projet d’éducation à la relation et la lutte contre le harcèlement par la communication non violente. Ou comment régler sans violence nos conflits quotidien…

Imagerififi et médiation, ecole blois,communication non violente,cnv

Lutte contre la violence scolaire (annulée)

 

debarb

A mi-parcours de l’expérimentation "Développer le bien-vivre ensemble, avec la Communication Non Violente", pour prévenir le harcèlement" lancée dans le diocèse de Loir-et-Cher, Eric Debarbieux viendra faire le point à Blois le 20 janvier dans le cadre d’une conférence.
Il sera question également de  la restitution des résultats (globaux) des différentes évaluations qui ont eu lieu dans les établissements participant à cette démarche dans le diocèse.
Eric Debarbieux est délégué ministériel chargé de la prévention et de la lutte contre les violences en milieu scolaire.
La délégation présidée par Eric Debarbieux s’est fixée quatre priorités :
  • Le bien-être des personnes et un meilleur suivi des victimes
  • L’amélioration du climat scolaire
  • La formation à la gestion de crise pour les personnels
  • La relance de long terme de la campagne "Agir contre le harcèlement"

La conférence est annulée

Un "candide" aux ateliers

Christophe Epaud aux JER 2013Christophe Epaud est psychopraticien relationnel à Orléans. Il intervient aussi en milieu scolaire. Nous lui avons demandé de jouer le rôle de "candide" tout au long de la journée des ateliers du vendredi. Il est donc passé d’atelier en atelier, observant les attitudes, écoutant les paroles ou devinant les attentes… Il nous livre ses réflexions.

"Dans la douzaine d’ateliers où j’ai pu circuler, il s’est passé beaucoup de choses :

  • on s’assoie, on se lève,
  • on écoute, on parle,
  • on rencontre, on échange,
  • on anime une marionnette,
  • on goûte à la coopération,
  • on joue, on rigole, on se détend,
  • on parle de la compétition dans ce qu’elle favorise et ce qu’elle empêche,
  • on écoute son corps et ses perceptions,
  • on écoute ses émotions,
  • on donne de la place au plaisir,
  • on se demande comment trouver et considérer le besoin réel de l’enfant,
  • on se pose et on descend en soi, à l’écoute et au rythme de son intériorité,
  • on expose ses interrogations face aux élèves perturbateurs, face aux enfants renfermés, face à la fougue débordante de certains,
  • on mesure l’impact des mots, de l’attitude, des postures, d’un questionnement trop direct, d’une écoute active qui respecte et accueille,
  • on dessine, on peint,
  • on met des mots sur ses difficultés, ses blocages, ses appréhensions,
  • on cherche comment poser des choix, sortir des « il faut » qui pèsent sur soi,
  • on tape des pieds, on se frotte les mains, on ferme les yeux,
  • on respire, on souffle,
  • on anime un cercle restauratif,
  • on s’enthousiasme,
  • on s’expose, on vit l’accueil et l’écoute,
  • on découvre des outils,
  • on se confronte à son potentiel créatif,
  • on explore son intériorité,
  • on se branche sur soi,
  • on tâtonne, on lève des verrous,
  • on libère son corps,
  • on prend de l’espace,
  • on pense à sa classe, à ses élèves,
  • on lâche prise,
  • on s’ancre…

Je vous ai vu, successivement :

  • ouverts,
  • attentifs,
  • curieux,
  • appliqués,
  • joueurs,
  • de moins en moins tendus,
  • de plus en plus en confiance,
  • impliqués,
  • soucieux de bien faire,
  • concentrés,
  • disciplinés,
  • rieurs,
  • perdus,
  • préoccupés,
  • bousculés,
  • émus,
  • surpris,
  • apaisés,
  • souriants…

Globalement, je suis sensible à votre forte, réelle et sincère implication tout au long de cette journée. J’y vois une grande conscience professionnelle, pour laquelle j’ai envie de vous remercier, en tant que parent. Il me semble que ce qui vous a nourri ici, aujourd’hui, c’est trois choses principales :

  • découvrir / apprendre des outils, des méthodes, des concepts,
  • mettre des mots sur votre vécu professionnel, en relation avec d’autres,
  • vous donner le temps de vous recentrer.

Cela dit clairement quelques choses de vos besoins ! L’ambiance globale m’a paru aller peu à peu, au cours de la journée, vers plus d’apaisement, plus de confiance favorisant une réassurance. Vous me semblez plus vivants que ce matin !

Cette journée soulève aussi la question de votre hygiène en tant « qu’être professionnel », dans ses dimensions individuelle et collective. Comment je prends soin de moi ? Comment je nourris ma pratique ? Comment nous restons attentifs à notre « travailler ensemble » ? Je m’attendais à entendre parler de la question de l’autorité. Cela n’a visiblement pas été le cas. Je vous partage mon interrogation sur ce que cela peut indiquer.

Pour finir, j’ai le sentiment que dans l’ensemble, vous repartez satisfaits, revigorés, mais également frustrés. En effet, la journée passe vite. Je me demande comment vous allez intégrer, vous approprier ce que vous avez vécu et appris aujourd’hui. Comment articuler tout cela ? Car malgré l’enthousiasme de cette journée, la réalité est souvent exigeante, parfois éprouvante. J’entends qu’il est difficile de dégager, de prendre du temps dans un quotidien où vous êtes parfois très sollicités. Au-delà de l’acquisition de nouveaux outils, l’un de vos besoins prédominants est de pouvoir parler de votre travail entre vous, dans un cadre professionnel. Je vous souhaite de pouvoir satisfaire ce besoin, et tous les autres, et d’être longtemps animés par la richesse de cette journée. »